Le journal d’Anne-France

Je m’appelle Anne-France, Marie, Geneviève, Jeanne, Razaveth. Je vais mourir bientôt et je n’ai pas peur. Je meurs sans angoisse et dans la joie d’éviter l’humiliation ultime des maisons de retraite, véritables mouroirs pour ancêtres gênants, authentiques camps de concentration pour vieillards surnuméraires…

14.00

Jean Raspail : Le journal d’Anne-France est un chef-d’oeuvre.

« Ce livre est le plus grand bonheur de lecture que j’ai eu depuis longtemps. Des larmes ont souvent coulé, notamment ces extraordinaires passages de la fin où le fils interroge sa mère : sublime. Je n’ai plus la force de vous en faire ici un commentaire dont les mots m’ont échappé, l’intelligence admirable du récit, sa profondeur, la beauté des sentiments, les questions majeurs qui se posent. Je lis mais avec mes lèvres, témoins silencieux devant (j’ose le mot) ce chef d’oeuvre. Dieu a dû vous injecter des doses d’inspiration. Il m’a fait le coup autrefois. J’ai prêté votre livre à un ami, qui l’a prêté à un autre, et le livre ne m’est pas encore revenu, mais mon téléphone sonne souvent ; l’admiration et la sidération sont générales. »

Au delà d’un témoignage sur le quotidien d’une vieille dame perdue dans la solitude et l’indigence, ce journal est aussi le récit bouleversant de la vie tourmentée d’une femme – amante éphémère, nièce fidèle et mère trop peu de temps – qui a vécu peut-être plus que toute autre, les épreuves et les dérèglements de son époque.

Au fil des pages, la diariste raconte l’histoire inédite et terrible d’une nation qui s’enfonce dans les abîmes plus vite qu’une génération d’homme et de femme ne met pour mourir, de telle sorte que la vie d’Anne-France et l’histoire de France semble à la lecture ne faire plus qu’un.

Published Year

2006

Page Count

750

ISBN

32546987136

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le journal d’Anne-France”